Nombre total de pages vues

vendredi 25 décembre 2015

1990-1996: F-BSTM "Fan Commander" à Perpignan

Le "Fan Commander" en vol, près du Pic du Midi.

A la fin des années 60, la firme TURBOMECA développa à partir de la turbine ASTAZOU, un petit turbofan d'environ 600 kgp: l'ASTAFAN.


En mars 1967, le distributeur britannique d'AERO COMMANDER, MILES AVIATION AND TRANSPORT (R&D) Ltd installé à Ford Aerodrome, West Sussex, loua au constructeur américain un Twin Commander Model 680T, construit en 1965 et immatriculé N6300:
La société MILES AVIATION était chargée d'obtenir la certification du Twin Commander "rétrofité" avec 2 turbopropulseurs TURBOMECA Astazou XII M, pour le compte d'AERO COMMANDER Inc .
/
N6300 équipé de deux turbines ASTAZOU à Gatwick le 18/05/68 (photo Tim Martin)

Toutefois, TURBOMECA arrêta la production de cette version de l'Astazou car elle n'atteignait pas les performances espérées.
En compensation des travaux déjà accomplis, AERO COMMANDER Inc. donna le Twin Commander à MILES AVIATION. Il fut réimmatriculé G-AWXK le 12/01/69.
Le 19/11/70, MILES AVIATION vendit l'appareil à la société TURBOMECA qui comptait s'en servir en tant que banc d'essai volant pour le tout nouveau moteur Astafan.
Deux turbofans Astafan I de 665 kgp furent installés en pod sous les ailes de la machine.
Converti en "jet", l'appareil redésigné Model 680V-TU fut enregistré avec l'immatriculation F-WSTM.
Il fut confié au centre d'essais de la Compagnie Générale des Turbo Machines (filiale à parts égales de SNECMA et TURBOMECA installée sur l'aérodrome de Pau) 

Le premier vol du "Fan Commander" eut lieu le 08/04/71 à Pau.
Une version améliorée des moteurs, Astafan II A de 710 kgp, équipa par la suite l'appareil, afin d'obtenir le Certificat de Navigabilité.


F-WSTM en 04/72

Le 09/05/72, le F-WSTM fut pris en charge par le Centre d'Essais en Vol d'Istres pour terminer le programme de certification.
A cette date, 182 heures de vol avaient été accomplies, l'intégralité de l'enveloppe de vol avait été explorée ainsi que des tests de dégivrage. 

Equipé de ces turbofans, la machine pesait à vide 2954 kg et un poids total de 4264 kg avec 2 pilotes et 3 passagers. 

La certification fut obtenue le 30/08/72.
Par conséquent, l'appareil fut immatriculé F-BSTM 06/09/72:
A cette époque, TURBOMECA discutait avec PIPER, CESSNA et VFW-FOKKER pour d'éventuelles applications de l'Astafan. 
Le turbofan fut également proposé pour les projets TED SMITH "Super Star 3000", ITALAIR "F22 Jet Condor" et pour une version à réacteurs du IA58 "Pucara".
Un second Aéro Commander (F-BXAS) fut équipé de version Astafan IV et le prototype du "FOUGA 90", de la version II G.
Malheureusement, ces prospections ne débouchèrent sur aucune construction en série. 

Le F-BSTM continua néanmoins à être exposé sur divers salons et servit pendant longtemps d'avion de liaisons pour TURBOMECA.

Salon du Bourget 1977.
Probablement à Tours, en 04/89.

Fin mars 1990, cette rare machine atterrit à Perpignan-Rivesaltes et vint stationner sur le parking EAS:
Le transfert vers le musée du mas Palégry ne put avoir lieu dans les délais annoncés. La machine resta stationnée sur le parking EAS jusqu'en 1996.
Entre temps, l'immatriculation fut radiée le 18/11/91. En juillet 1995, Charles Noetinger, le directeur du musée, décédait subitement. Cette même année, la liquidation judiciaire de EAS EUROPE AIRLINES fut prononcée en mai. L'activité sur le site industriel d'EAS redémarra timidement début 1996.
La DGAC demanda aux responsables d' EAS INDUSTRIES de ferrailler les épaves d'aéronefs présentes sur le tarmac. Cette opération fut réalisée sans prévenir le musée et malheureusement le F-BSTM disparut en même temps que les "Caravelle" et "Vanguard". Marc Noetinger, succédant à son père à la tête du musée, apprit par la suite que les restes de l'appareil avaient été détruits sur le Commune de Saint Feliu d'Avall.

Triste fin pour notre patrimoine aéronautique. 


Sources:
FLIGHTGLOBAL
JOURNAL L'INDEPENDANT
DGAC
FAA
CAA

Remerciements:
Monsieur Marc Noetinger - Musée du Mas Palégry.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire